Protester pour Dieu, protester pour l'Homme

Journée de moisson de nos thèses

Eglise de Brest et Nord-Finistère

Quelle communauté l’Évangile construit-il ?
Nous souhaitons que notre communauté parvienne à surmonter les contraintes administratives et associatives pour vivre pleinement l’Évangile de l’amour et de la solidarité avec la grâce de notre Seigneur.

A quoi faut-il résister, aujourd’hui, au nom de l’Évangile ?
Nous résisterons contre l’individualisme à outrance l’indifférence et l’injustice, en allant vers les autres, en priant, en discernant et en osant la solidarité. Nous résisterons contre la pensée unique, politique et économique, parce que nous croyons que la liberté et la diversité sont des richesses. Nous résisterons contre nous-mêmes et nos mauvais penchants, parce que Jésus nous le demande et par amour de Dieu, et ceci par la prière et par notre propre bonne volonté.

La dernière fois que Dieu m’a fait signe, c’était quand ?
Signifier la relation avec Dieu, c’est accepter que Dieu agit dans nos vies et dans le monde. Accepter, c’est,ici, faire confiance : l’Esprit vient quand il veut comme il veut, où il veut.
Signifier c’est aussi montrer et partager (comme dans la Cène).
Signifier, c’est établir une relation avec Dieu, par la prière et par la façon d’agir et d’être.

Jésus fait-il encore des miracles ?
C’est une question provocante.
Nous sommes face à une banalité du quotidien qui nus empêche de voir l’intervention de Dieu.
Cette question appelle une autre question : quelle est la place de Dieu quand la science et la médecine progresse ? Ne place-t-on pas une confiance excessive dans la médecine, alors que la médecine ne peut pas tout ?
Nous avons tous une intervention de Dieu dans notre vie, mais il n’est pas toujours possible de l’accepter (manque d’humilité?)
Qu’est-ce qu’un miracle ? C’est quelque chose qui nous étonne, que l’on ne comprend pas.
Le premier miracle c’est que l’on croit en la Bible aujourd’hui. La foi que Dieu nous donne est encore un miracle.
Nous comme chrétiens, sommes tiraillés entre notre nature humaine qui a des difficultés ou des réticences fortes à voir les miracles, et notre nature d’enfant de Dieu qui nous permet de la percevoir ou de croire en leur existence et de l’accepter.
La venue du pasteur dans notre paroisse est pour nous une intervention de Dieu. Le fait que notre paroisse a tenu trois ans sans pasteur est aussi une intervention de Dieu.

Le malheur est-il une punition de Dieu ?
C’est le type même de la question mal posée. En effet, le malheur peut-il venir de Dieu, surtout quand il est provoqué au nom de Dieu (guerres de religion, actualité récente). Le malheur existe dans notre monde, atteint tout le monde, et c’est un fait inhérent à notre vie. Vient-il du mal ou de Dieu, là n’est pas la question, il existe. Et il existe peut-être pour réorienter notre vie. Dieu fait partie de notre vie et nous laisse libres. En effet devant l’épreuve, l’épreuve peut nous éloigner de Dieu, mais peut aussi nous amener à réorienter notre vie par la repentance, une nouvelle relation à Dieu, et ainsi renforcer notre foi, à court, moyen ou long terme, selon la volonté de Dieu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload the CAPTCHA.

Partagez sur les réseaux sociaux